Fabrique
avec des œuvres d’Alain Bernardini

14 février – 18 mai 2014

L’invitation d’un artiste en résidence en 2013 est en relation avec un projet d’exposition en 2014 dont le titre Fabrique, tente d’interroger le patrimoine industriel très représenté à Saint-Claude, et la mémoire ouvrière.

Il s’inscrit dans un projet plus large sur le territoire avec d’autres partenaires : l’association Saute Frontière / Maison de la Poésie qui apportera ses auteurs et ses mots au travail, le PNR qui propose un inventaire du patrimoine industriel sanclaudien et qui sera partie prenante dans l’organisation de la table ronde au musée, la fraternelle qui fait revivre un chœur ouvrier…

Cette problématique est abordée au musée par des peintures de la fin du XIXe siècle – XXe siècle mêlées à des œuvres contemporaines (photographie, installation…) sous le titre génerique : Fabrique. Le monde du travail est en écho avec le contexte local qui a vu naître au début du XXe siècle la coopérative devenue la maison du peuple, qui a ensuite modifié ses statuts en une association loi 1901 : La Fraternelle, lieu culturel qui garde encore les traces des événements historiques et politiques traversés par les diverses mutations sociales du siècle dernier. Cette thématique particulièrement d’actualité intéresse de nombreux artistes qui apportent leurs réponses artistiques à un domaine professionnel qui a subit de nombreuses mutations dans un cadre économique et commercial devenu mondial. Ce rapport plus large au monde du travail, cette mondialisation est au coeur des préoccupations des usines françaises, Saint-Claude en étant le reflet à l’échelle d’une petite ville de province.

Alain Bernardini, propose des œuvres qui sont produites dans le cadre de sa résidence et qui viennent rejoindre la sélection des œuvres de l’exposition Fabrique. Cet artiste met en scène depuis plusieurs années une autre représentation du monde du travail. Des employé(e)s d’usines diverses deviennent des modèles et des acteurs de scènes photographiques et vidéographiques qui montrent l’activité des salariés, le travail rejoué par les ouvriers eux-mêmes ou deviennent des portraits hiératiques. Il demande donc aux salariés de réaliser des actions qui les représentent dans des situations de pauses, d’inactivités, de jeux, d’interdits. Une sorte de défi commun aux clichés sur le monde du travail.

 

autour de la résidence

  • ALAIN BERNARDINI
    Les Enlèvements (la blouse), avec Malika, Plastorex, Saint-Claude, 2013-2014
    Vinyle microperforé, dimension variable
    Production Musée de l’Abbaye / Plastorex
    © Alain Bernardini
  • ALAIN BERNARDINI
    Apparition : Et une pelleteuse aux pneus blancs, 2013-2014
    Haut-Jura, impression sur affiche, table
    Production Musée de l’Abbaye
    © Alain Bernardini
  • ALAIN BERNARDINI
    C’est comme C.D.F # 1, deux employés contemplant les montagnes, avec Christian et Fabien, Les Molunes, 2013-2014
    Photographie numérique contrecollée sur dibond
    Production Musée de l’Abbaye
    © Alain Bernardini
Voir en plein écran