Paul Rebeyrolle & la jeune peinture - Héritage de Courbet

Du 1er juillet au 31 décembre 2016

Paul Rebeyrolle, né le 3 novembre 1926 à Eymoutiers (Haute - Vienne) et mort le 7 février 2005 à Boudreville (Côte - d'Or), est un artiste majeur du XXème siècle . Il n’aura eu de cesse de réinventer la peinture réaliste , pour laquelle il se sera engagé auprès du critique d’art Jean Bouret et de son Manifeste de l'homme témoin à partir de 1948, accompagnant d’autres artistes : Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, Michel Thompson , Simone Dat et Michel de Gallard.

Prolongation de l'exposition Paul rebeyrolle

Présentation de l’exposition

En reliant Paul Rebeyrolle à Courbet, cette exposition souhaite créer des liens entre institutions au sein du territoire régional : entre Saint-Claude, la communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude et le pays de Courbet, ainsi que d'autres musées régionaux et hors territoire : musée de Lons-le-Saunier, Dole, Centre Paul Rebeyrolle à Eymoutiers, la Grande Bastide à Flassans-sur-Issole...

Ce projet d'exposition et de médiation se place également dans une perspective de dynamisation et d'ouverture à la culture et à l'art, par un public urbain (St-Claude) et rural que constitue le secteur du Haut-Jura. Présenter au musée de l'abbaye une exposition consacrée à Paul Rebeyrolle avec un focus sur quelques oeuvres du grand maître du Réalisme : Courbet, est aussi une manière de mieux faire connaître l'histoire de l'art figuratif du XIXème au XXème, en ouvrant des perspectives artistiques et pédagogiques tout en restant en résonance avec les sujets présents dans la collection du musée.

Cette exposition présentera quelques portraits, natures mortes et paysages de Rebeyrolle. Ces thèmes seront abordés principalement pendant les années de vie aux ateliers de la Ruche à Paris de la fin des années quarante, jusqu’en 1958. Ces premières années d'activité artistique de Rebeyrolle sont peu connues, car ce seront ses oeuvres matiéristes plus tardives qui seront les plus exposées et achetées par les collections publiques et privées.

Ces années ont été pourtant déterminantes car elles verront émerger des univers artistiques forts autour du groupe dit de L'homme témoin et de son Manifeste (Bernard Buffet, Bernard Lorjou, André Minaux, Paul Rebeyrolle, Simone Dat, Michel Thompson) qui prônait un retour à la figure, soutenu par le critique d'art Jean Bouret.

Dans l'exposition, une peinture de Simone Dat, première épouse de l'artiste, peintre également, resituera des thèmes chers aux artistes de la Jeune Peinture : replacer l’homme au centre de la peinture au sortir de la Seconde Guerre mondiale tout en revisitant des thèmes classiques : nature morte, portrait, paysages… en utilisant des teintes s’approchant d’une palette aux tons sourds et terreux. Il s'agit d'une exposition d'été pour le musée de l'abbaye qui s'adresse au public touristique en priorité. Des efforts ont été menés afin d'élargir les publics et la connaissance du musée en dehors de son territoire. Une communication accrue, un travail renforcé sur le versant suisse, des propositions de nocturnes en juillet et août afin de découvrir autrement l'exposition, le musée et ses collections, vont être mises en place.

 

Synopsis

Son enfance est marquée par une tuberculose osseuse, l'obligeant à de longs moments d'immobilité. Il étudie à Limoges avant de rejoindre Paris à la Libération. Il découvre alors les peintres contemporains ainsi que la peinture classique au musée du Louvre. Alors que Jean Bouret prône un retour au réalisme dès 1948, Paul Rebeyrolle sera un artiste engagé au sein du Manifeste de l'homme témoin qui regroupe d’autres jeunes artistes tels que Lorjou, chef de file et sa compagne Yvonne Mottet, ainsi que les peintres de la Ruche : Michel de Gallard et Michel Thompson. Il participe ainsi le 21 juin 1948 à la Galerie du Bac à l'exposition de « L'homme témoin » (avec Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, Michel Thompson et Michel de Gallard).

Ce groupe de L'homme témoin sera fondateur du mouvement de la Jeune Peinture. Membre du parti communiste français à partir de 1953, Rebeyrolle rompt avec ce dernier en 1956 lors de l'invasion russe en Hongrie et du fait de la duplicité du parti face à la guerre d'Algérie. À cette occasion, il peint un grand tableau intitulé À bientôt j'espère.

En 1959, à 33 ans, il exécute à Eymoutiers Planche mouton, un grand tableau commandé par le comité de la première Biennale de Paris, pour orner l'escalier du Palais des Beaux-arts. En 1963, il quitte Paris et s'installe à la campagne pour y vivre et y travailler, d'abord dans l'Aube puis en Côte d'Or.

À partir de 1968, il commence un cycle de séries souvent définies par le terme de « politique » dont les titres évocateurs dénotent la révolte et la prise de position de Rebeyrolle selon les événements sociaux et politiques : Guérilleros, 1968 ; Coexistences, 1970 ; Les prisonniers, 1972 ; Faillite de la Science Bourgeoise, 1973 ; Natures mortes et pouvoir, 1975 ; Germinal, 1986 ; Au royaume des aveugles, 1987 ; Les Panthéons, 1990 – 1991 ; Splendeur de la vérité, 1993

English presentation of the Exhibit - Paul Rebeyrolle

Paul Rebeyrolle, born november 3, 1926 in Eymoutiers (Limousin-central France) and deceased february 7,2005 in Boudreville (Burgundy) is a major artist of the 20th century.

The artist will never have ceased reinventing realistic painting, for which he will commit alongside the art critic Jean Bouret and his “Manifeste de l’homme témoin” (The human witness Manifesto) from 1948, accompanying other artists like Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, Michael Thompson, Simone Dat and Michel de Gallard. This exhibition will show, in an unprecedented way, artwork from the period 1949 – 1955, spanning years of life and creation in the workshops of La Ruche in Paris.

These early years of artistic activity of Paul Rebeyrolle, little known to the public, will be an opportunity to relocate the themes dear to the artists of La Jeune Peinture: put back the individual at the center of their concerns, right after the Second World War, while revisiting classical themes - still life, portrait, landscape, etc. - Using shades nearing a palette of muted and earthy tones.

As a counterpoint to some works - part of the collection of the Musée de l’abbaye - following the footsteps of an uncompromising realism inherited from Courbet, the exhibition will display works that extend its commitment to represent the living in its most audacious forms. Tweaking the material, Rebeyrolle carves on the canvas his inner fight which will lead him to incorporate organic materials in his paintings. From his oils with vivid details, a more classic witness to the admirable dexterity of the artist, to the “matiéristes” paintings, the exhibition will attempt to follow through his work, this man’s life.

  • Musée de l'Abbaye Saint-Claude Paul Rebeyrolle
emFemme au gant portrait de Simone Datem 1950
Huile sur toile
Collection Florence et Pierre Basset
    Paul Rebeyrolle
    Femme au gant (portrait de Simone Dat), 1950
    Huile sur toile
    Collection Florence et Pierre Basset
Voir en plein écran